En Route Pour Mars.

Elon Musk est déterminé à coloniser Mars. Principal objectif avec lequel il a fondé Space X, en 2002.

Elon Musk était frustré par le fait que la NASA n’en faisait pas davantage pour emmener les gens sur la planète rouge, et il est préoccupé par le fait qu’un plan de sauvegarde de l’humanité ne soit  pas en cours de développement.

Depuis, SpaceX a développé plusieurs systèmes aérospatiaux impressionnants:

 

 

Falcon 1: la première fusée orbitale

Grasshopper: une petite fusée d’auto-essai

Falcon 9: un lanceur réutilisable de classe orbitale

Dragon: un vaisseau spatial pour le fret et bientôt des astronautes de la NASA

Falcon Heavy: un lanceur super-lourd.

 

 

 

 

Mais Mars est un rocher froid, impitoyable et presque sans air, situé à une moyenne de 140 millions de kilomètres de la Terre. Difficile d’accès pour un rover, alors pour un vaisseau cargo remplit d’une centaine de passagers et de cargaisons, c’est un défi.

C’est pourquoi SpaceX, riche de son expérience, accélere en investissant plus d’argent, engageant les meilleurs ingénieurs, pour construire le Big Falcon Rocket ou BFR

Ce système entièrement réutilisable, de 118 mètres de hauteur, a en deux parties gigantesques:

  • un vaisseau spatial Big Falcon d’ environ 18 étages 
  • un Big Falcon Booster qui lancera le vaisseau spatial  vers l’espace, puis se posera pour être réutilisé. 

Les échéanciers ne sont pas fiables en ce qui concerne les vols spatiaux habités, mais les estimations ambitieuses d’ Elon Musk, quant au moment où SpaceX pourrait atteindre Mars révèlent son zèle pour atteindre cet objectif.

La chronologie suivante (quelque peu spéculative) du plan de SpaceX est basée sur les rapports ainsi que sur les dates compilées par la communauté de Space X.

 

Où en est SpaceX, avec ses plans pour Mars.

 

 

Où se trouve SpaceX aujourd'hui avec ses plans pour Mars
Un diagramme à l’échelle de Big Falcon Rocket de SpaceX montrant son booster et son vaisseau spatial.

 

 Elon Musk a déclaré que le vaisseau spatial de BFR était la « partie la plus difficile » du système à fonctionner correctement. C’est là que SpaceX concentre la majeure partie de son énergie.

À cette fin, la société construit une usine BFR dans le port de Los Angeles, à environ 15 km au sud du siège de SpaceX.

Pendant la construction de cette installation, les ingénieurs travaillent sous une tente proche de 20 000 metres carrés pour construire un proto de vaisseau spatial, à partir de matériaux avancés en fibre de carbone.

SpaceX rencontre également la NASA et d’autres parties pour présenter ses objectifs martiens , bien qu’il lui reste encore beaucoup à faire pour trouver un moyen de protéger les passagers des rayonnements, de la famine et d’eux même ( comme l’explique Thomas Pesquet).

 

2018: Construction d’un centre d’aide au lancement à Boca Chica, une ville située près de Brownsville, au Texas.

 

2018: Construction d'un centre d'aide au lancement à Boca Chica, une ville située près de Brownsville, au Texas.

 

SpaceX a besoin d’un endroit pour tester son prototype, et la pointe sud du Texas offre quelques avantages.

D’une part, SpaceX peut transporter d’énormes pièces de fusée, en barge de Los Angeles à Boca Chica, en passant par le canal de Panama. Sinon, c’est en camion ou en avion, mais nettement plus cher.

 

 

De plus, peu de gens vivent dans la région, ce qui est une bonne chose pour une entreprise qui remplit un gigantesque vaisseau spatial expérimental avec des liquides explosifs et allume le feu 😉

Les roquettes peuvent également être lancées du le golf du Mexique, ce qui présente moins de risques pour les personnes ou les objets se trouvant sur le sol.

Elon Musk a néanmoins déclaré: « Il se peut que nous lancions à partir d’une plate-forme flottante ».

Enfin, Boca Chica est l’une des municipalités les plus au sud des États-Unis. Se rapprocher le plus possible de l’équateur aide les fusées à économiser du carburant, car la rotation de la Terre accélère considérablement le lancement.

 

2019: Début du vaisseau spatial Big Falcon.

 

2019: Début du vaisseau spatial Big Falcon.

 

Gwynne Shotwell, président et chef de l’exploitation de SpaceX, a déclaré que la société espérait tester le lancement d’un prototype de navire en « sauts » (pas sur orbite) depuis le sud du Texas à la fin de 2019.

L’objectif serait de rassembler des données précieuses sur le prototype afin d’affiner la prochaine version. Comme avec de nombreux lancements tests de SpaceX, il est fort probable qu’un « désassemblage rapide et imprévu » se produise .

 

2020-2021: essaie de lancer un BFR complet et de le mettre en orbite.

 

 

Illustration du Big Falcon Rocket, ou BFR, de SpaceX 

 

 

Lors de la conférence Satellite 2018 en mars,  Gwynne Shotwell a déclaré que le BFR devrait être « orbital en 2020 », ce qui implique qu’un booster et un vaisseau spatial seront construits, expédiés au Texas, intégrés et lancés d’ici là.

Cependant, Musk a déclaré en septembre, qu’aucune date n’avait été posé sur un calendrier, ajoutant qu’il souhaitait effectuer plusieurs lancements d’essais orbitaux non vissés avant de recruter des personnes.

 

2022: Lancement de deux missions vers Mars pleines de cargaisons et de fournitures (mais personne à bord).

 

Une illustration du vaisseau spatial du BFR se détachant du booster.

 

Musk a déclaré que son calendrier « ambitieux » avait pour date 2022, pour le lancement des premières missions du vaisseau spatial Big Falcon sur Mars.

Chaque navire volerait d’abord en orbite autour de la Terre, ce qui utiliserait l’essentiel de son carburant. Ensuite, plusieurs autres vaisseaux spatiaux pétroliers se lanceraient pour remplir le véhicule avec suffisamment de carburant pour atteindre Mars. On ne sait pas combien de vols ni combien de temps cela pourrait prendre.

Mars et la Terre se rapprochent environ une fois tous les deux ans, créant des fenêtres où il est plus rapide d’atteindre la planète. Pour cette raison, les meilleurs mois pour le lancement seraient l’été 2022.

En fonction de l’efficacité avec laquelle le vaisseau spatial Big Falcon peut changer de vitesse , soit quelques mois à près d’un an, pour atteindre Mars. Ainsi, un atterrissage à la fin de 2022 ou au début de 2023 est probable.

 

2022-23: le premier vaisseau spatial Big Falcon sur Mars.

 

 Elon Musk veut que les premiers vaisseaux spatiaux soient pleins de cargaisons et de machines dont les futures missions auront besoin. Ce matériel serait nécessaire pour permettre aux humains de construire des installations capables de générer de l’électricité, de collecter de l’eau, d’embouteiller l’air martien et de transformer les ressources martiennes en méthane et en oxygène pour des lancements de retour sur Terre.

Paul Wooster ingénieur principal, a déclaré que les deux premières missions de cargaison non préparées « confirmeraient les ressources en eau des endroits, puis détermineraient les dangers [d’atterrissage] pour les futures missions, et commenceraient à mettre en place une partie de l’infrastructure, »comme des plateformes d’atterrissage pour une arrivée plus sûre des missions avec équipage. »

 

2023: Lancement des premières personnes autour de la lune.

 

 BFR  autour de la lune

 

En septembre, Musk a présenté au monde le premier touriste de SpaceX: Yusaku Maezawa, un milliardaire japonais qui verse à SpaceX une somme non divulguée (probablement des centaines de millions de dollars) pour être le premier passager à bord du BFR.

Maezawa a acheté tous les sièges du vaisseau spatial du véhicule et prévoit de sélectionner six à huit artistes de différentes disciplines pour effectuer le voyage autour de la lune d’une semaine environ en 2023.

 

 

Cette mission serait la preuve ultime du bon fonctionnement du BFR.

« Il paye beaucoup d’argent pour aider au navire et à son rappel », a déclaré Musk en septembre. « En fin de compte, il paie pour le citoyen moyen de se rendre sur d’autres planètes. »

 

2024: Risques d’explosion lors du premier voyage humain sur Mars.

En supposant que les premières missions cargaison, ravitaillement et dépistages se passent bien, SpaceX enverrait alors un ou deux équipages vers Mars.

 Paul Wooster a déclaré que chaque navire transporterait « au moins » 100 tonnes de ravitaillement. En transportant beaucoup de fournitures, pour un équipage et sa  mission de longue durée sur Mars, ainsi que d’engins volumineux.

SpaceX pourrait optimiser le besoin de technologies de pointe, comme par exemple, les prototypes de  Mars Lunar Greenhouse. C’est un  système de réanimation bio régénérative ,qui seraient  nécessaires pour rester sur Mars.

 

Le prototype de Mars Lunar Greenhouse

 

 

2025: les pieds sur Mars.

 

Comme pour les premières missions non préparées sur Mars, il faudrait peut-être six à neuf mois pour que les navires à équipage atteignent la planète rouge.

Ces premiers vaisseaux spatiaux pourraient très bien servir de maisons aux astronautes, a déclaré Paul Wooster en août. Ce ne serait pas la configuration la plus confortable, mais cela pourrait réduire la complexité de la mission en éliminant la nécessité de créer immédiatement des habitats sur Mars.

 

2028: Finaliser la construction de la base Mars Alpha.

 

Quand quelqu’un a demandé à Musk sur Twitter combien de temps faudrait-il pour construire la première base martienne permanente « Mars Base Alpha » –

  » probablement 2028″ a répondu Elon Musk

À partir de ce moment-là, Elon Musk pense qu’une colonie pourrait commencer à se former, sur Mars.

« Il commencera par construire l’infrastructure la plus élémentaire, juste une base pour créer un propulseur, une centrale électrique, des dômes explosifs dans lesquels cultiver des cultures – autant de fondamentaux sans lesquels il est impossible de survivre », a-t-il déclaré. « Et alors, il y aura vraiment une explosion d’opportunités entrepreneuriales. »

 

 2030: construction de la première ville sur Mars.

 

La vision de Musk d’une colonie sur Mars

Malgré le doute des experts en assistance à la vie, affirmant que pour 2020 c’est trop tôt, car nos technologies ne sont pas prêtes pour que survive une colonie martienne. l’objectif d’ Elon Musk reste : construire pour sauvegarder l’humanité, et cela commencera sur la planète rouge.

« J’espère que les gens commenceront à y voir un objectif réel auquel nous devrions aspirer,  établir une civilisation sur Mars », a déclaré Musk en 2017. « Il ne s’agit pas seulement d’humanité, mais de toute la vie qui nous tient à cœur. « 

 Elon Musk envisage d’envoyer environ 1 million de personnes sur Mars, moyennant environ 200 000 dollars ( soit 173 453 euros, ) par aller simple. Il pense que le prix sera possible étant donné la ré utilisabilité (hypothétique) du BFR, tout en assurant que la vie sur Mars devrait être loin d’être douce. 

« Mars aura besoin de tout, des fonderies de fer aux fast food », a-t-il déclaré. « Je pense que Mars devrait vraiment avoir d’excellents bars: le Mars Bar. »

 

À partir des années 2100: Mars est une planète semblable à la Terre.

 

 

Dans chacune de ses offres d’emploi, SpaceX indique qu’il poursuit « l’objectif ultime de permettre la vie humaine sur Mars ».

À cette fin, son site Web héberge l’image d’une planète rouge rouille se transformant en un monde semblable à la Terre. L’illustration est un clin d’œil à un processus hypothétique et spéculatif appelé terraformation.

La terraformation est un type de changement climatique, mais délibérée et plus rapide que ce qui se passe actuellement sur Terre.

L’idée est que Mars pourrait être transformé en un monde chaud et humide, mieux adapté à la colonisation humaine, avec la fonte des calottes glaciaires riches en dioxyde de carbone de la planète.

Mars a moins de 1% de la densité atmosphérique à sa surface par rapport à la Terre. (Il y a des milliards d’années, la  majeur partie de l’air de Mars a été soufflée dans l’espace.)

Cela le rend comparable à une chambre à vide. Dans ces conditions, les radiations spatiales nuisibles ne sont pas bloquées et personne ne peut respirer à l’extérieur d’une combinaison spatiale ou d’une colonie scellée.

On ne sait pas si la terraformation pourrait être réalisée de manière durable sur Mars.

La NASA doute , car il est possible que les pôles ne contiennent pas assez de gaz pour nourrir une atmosphère planétaire agréable.

De plus, l’effort pourrait nécessiter une sorte de satellite puissant pouvant générer un bouclier magnétique pour se protéger contre le rayonnement solaire qui, autrement, projetterait toute l’atmosphère fabriquée par l’homme.

D’un autre côté, les scénarios étudiés par les chercheurs ne prennent pas vraiment en compte l’eau ou le méthane (un puissant gaz à effet de serre) susceptible d’être piégé dans le sol martien.

Ils n’étudient pas non plus si des comètes et des astéroïdes riches en produits chimiques pourraient être redirigés pour frapper Mars.

Expérimenter avec la terraformation n’est peut-être qu’un moyen de dire si c’est possible. Elon Musc, ou peut-être sa mémoire et son héritage, pourraient bien être l’élan qui le rendrait cela possible, dans un avenir lointain.

 

 

Elon  Musk

 

 

 

 

 

sources.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.