Le premier homme sur la lune, de l’astre à la mer au 4K.

 

L’astronaute de l’ESA, Jean-François Clervoy, lors de la sortie spatiale de Gandolfi conçue par la Comex au large de Marseille, en France

Former des astronautes sous l’eau est un moyen efficace de s’habituer à travailler en apesanteur des heures.

 

 

Septembre 2013,l’astronaute de l’ESA Jean-François Clervoy et l’instructeur d’astronautes Hervé Stevenin ont endossé les rôles de Neil Armstrong et de Buzz Aldrin  pour une simulation sous-marine de l’historique mission lunaire.

 

 

Entraîner des astronautes sous l’eau est un moyen efficace de les habituer aux sensations procurées par le fait de travailler en apesanteur pendant des heures.

 

Le concept d’entrainement sous l’eau a été étendu jusqu’à la simulation de gravité lunaire par la Comex, les spécialistes français de la plongée en grande profondeur.

 

 

La gravité lunaire peut être simulée en ajustant la flottabilité de l’astronaute – notre Lune n’a qu’un sixième de la gravité que nous ressentons sur Terre.

La mission Apollo 11 Sous la Mer a prouvé qu’il était possible de simuler sous l’eau les opérations typiques des sorties spatiales effectuées par les astronautes de la NASA sur la Lune il y a 50 ans.

 

 

Les premiers tests avant la mission ont été effectués dans l’une des piscines de la Comex à Marseille.

Le véritable test a été réalisé début septembre 2013, dans la Mer Méditerranée, au large de Marseille, et comprenait deux simulations lunaires.

Jean-François et Hervé portaient la combinaison Gandolfi, d’entrainement aux sorties spatiales, conçue par la Comex et basée sur la combinaison spatiale russe Orlan.

Plusieurs échantillons de sol ont été récoltés par les aquanautes à l’aide d’outils similaires à ceux utilisés sur la Lune par l’équipage d’Apollo 11. »

Jean-François est un astronaute expérimenté qui a volé sur trois missions en navette spatiale, dont une mission vers la station russe Mir, et une mission pour réparer le télescope spatial Hubble.

.

 

Hervé Stevenin, chargé de l’entrainement des astronautes aux sorties spatiales au Centre Européen des Astronautes (EAC – European Astronaut Center) est un instructeur expérimenté des astronautes de l’ESA, qui a été formé aussi bien à Houston par la NASA sur leur combinaison spatiale que sur la combinaison Orlan en Russie auprès du Centre Gagarine d’Entrainement des Cosmonautes.

« Le costume Gandolfi est encombrant, limite la liberté de mouvement, et demande un effort physique – exactement comme une véritable combinaison spatiale. J’ai vraiment eu l’impression de marcher et de travailler sur la Lune », explique Jean-François.

Hervé ajoute “Cette combinaison pourrait être adaptée pour améliorer l’entrainement des astronautes au Centre Européen des Astronautes. Les terrains d’entrainement sous-marins de la Comex sont également un incroyable environnement permettant de simuler la Lune ou même Mars.  Je me sentais vraiment dans un autre monde, seule la couleur de l’eau me rappelait que j’étais sur Terre.”

 

 

 

Ce test sous-marin était le premier pas destiné à développer une expertise européenne dans les simulations de sorties spatiales en gravité partielle, nécessaires pour préparer une exploration de la surface de la Lune, d’astéroïdes ou de Mars par des astronautes.

Didier Schmitt, expert scientifique de la Commission Européenne, se trouvait en tant qu’observateur au centre de contrôle de la mission, situé sur le vaisseau scientifique Minibex de la Comex en surface de la Méditerranée.

La poursuite du développement de simulations de surfaces planétaires en Europe sera cofinancé par l’Union européenne dans le cadre d’un projet appelé Moonwalk.

 

 

 

 

 

Pour résumer, ce week end c’est cinéma.

 

 

 

 

First Man : Le Premier Homme sur la Lune  est un drame biographique américain, en ce moment au box office.

 

 

Il s’agit de l’adaptation du roman de James R. Hansen (2005).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vs (je ne peux pas résister, mais les deux c’est mieux 😉

 

 

 

 

 

Le long-métrage documentaire 16 levers de soleil (Cinéma / écran géant) est une approche métaphorique et onirique de l’épopée spatiale de Thomas Pesquet.

Tout au long du récit, l’astronaute dialogue avec l’œuvre de l’aviateur et écrivain Antoine de Saint-Exupéry dont les écrits l’ont suivi jusque dans l’espace.

Depuis la Station spatiale internationale, Thomas devient le témoin d’une planète qui évolue et dont il prend conscience des fragilités

 

 

 

Bonne séance .

 

 

 

 

 

 

sources

l’article  »Uderwater astronaut on the moon » ESA

ABC News ,25éme heures

First man  zero 2 infinty

#tags:  

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>